Les bons élèves : Olivier Ducray, Les Anges Anonymes

Olivier Ducray a assisté à l’une des toutes premières Master Class de touscoprod, il y a presque un an. Après avoir vécu par procuration l’aventure Kickstarter de sa compagne, il s’est dit qu’une campagne de crowdfunding ce n’était peut-être pas si facile que ça… Au final, c’est gagné pour lui et pour son film Les Anges Anonymes qui a récolté 17 230€, soit 115% de son objectif de départ !

Après une belle réussite, Olivier revient pour nous sur le rôle de la Master Class dans cette expérience participative.

Tu avais déjà rencontré plusieurs personnes de chez nous, qu’est-ce qui t’as donné envie d’assister quand même à la Master Class ?

J’avais une petite idée de la manière dont fonctionnaient les campagnes de levées de fond parce que ma compagne en avait fait une sur Kickstarter, donc j’avais suivi ça et j’avais vu le boulot que ça représentait et là pour le coup je savais que j’allais être un peu tout seul à la gérer. Même si j’ai un producteur sur ce film, le web c’est pas trop son truc, donc je savais que les réseaux et tout ça allait être moi et je voulais être sûr de bien enchaîner les étapes dans le bon ordre, de bien m’y prendre etc…

Et tu étais satisfait en sortant de la Master Class ?

Oui, carrément, c’était très clair, franchement très clair. C’est simple, ça avait tout remis dans l’ordre.

Pendant la campagne tu t’es appuyé sur ce qu’on avait dit en Master Class, tu y a repensé ?

Oui, j’avais pris pas mal de notes et bien sûr ça m’a servi. Notamment y a des idées fortes comme celle des cercles, ça je pense que c’est des idées assez maîtresses. Sur la communication en général, la manière dont il faut tenir ses réseaux etc. Après pour moi la Master Class c’est sûr c’est un vrai plus en terme de contact, et puis même quand on croit être plus fort que tout le monde, en fait y a tellement de gens qui sollicitent que oui, ça donne des clés dans l’organisation. Maintenant ce n’est pas tout bien sûr, le réseau et la qualité ou l’attractivité du projet font ensuite la différence. Mais au moins s’y prendre correctement, avoir les notions, c’est la base. J’ai envoyé des gens à la Master Class d’ailleurs !

Est-ce que tu avais déjà préparé ton projet avant de venir à la Master Class et est-ce que tu l’a repensé (édito, contreparties… ) après ?

J’avais quand même commencé à ébaucher tout ça, mais je l’ai peaufiné après la Master Class, ça c’est clair. Et puis j’allais oublié de le mentionner mais j’étais avec l’assistante de prod qui pour le coup ne connaissait absolument pas le crowdfunding et qui a appris des tonnes de trucs et elle était hyper contente. Moi je connaissais un peu, je l’avais vécu à distance, mais en effet à la suite de la Master Class on s’est vus, on s’est fait un long point pour peaufiner tout ce qu’on avait commencé.

Donc c’est bien aussi quand on travaille en équipe pour que tout le monde ait les mêmes notions, les mêmes compréhensions des enjeux ?

Oui, carrément, je pense que c’est pas mal d’y aller avec une autre personne. Moi j’ai la chance d’avoir une prod, tout le monde n’a pas de prod quand on démarre à ce stade.

Bref, tu recommandes la Master Class à tous nos futurs porteurs de projets ?

Ah oui oui, clairement, il faut ! Faut pas se croire plus fort que les autres. Moi j’ai eu la chance de le vivre à distance, parce que sinon j’aurais peut-être été plus présomptueux, mais j’ai vu que c’était du travail au quotidien. Et puis c’est fatigant. Mais je garde un bon souvenir de tout ça. Un peu chaud, c’était du boulot en tout cas j’ai essayé de bien tenir le truc. Mais un bon souvenir !